Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

Un esprit sain, dans un corps sain

16 novembre 2017

Prendre conscience de son corps, vivre mieux, sentir ses muscles travailler…

Les bienfaits de l’activité physique ne se retrouvent pas seulement sur le corps mais aussi sur l’esprit, comme nous le rappelle Anne-Marie.

« Fin septembre 2016, j’ai commencé le programme Nutrimut à Clermont-Ferrand. Un ami m’avait découpé cette annonce dans le journal.

Lorsque je suis décidée à faire quelque chose, j’y vais ! 

Tous les mercredis de 18h à 20h, je participais, avec un petit groupe de personnes à des ateliers diététiques et psychologiques ainsi que des activités physiques proposées par un coach sportif : Damien. Une chargée d’accompagnement du DAHLIR nous a également présenté ses actions pour poursuivre nos efforts à la suite ce programme. Tout cela m’a incité à continuer es bonnes habitudes. De plus, le programme Nutrimut assure un suivi à 3 mois, 6 mois puis un an afin de s’assurer que nous poursuivons dans cette bonne voie. »

 

Chaque vendredi, Anne-Marie a donc rendez-vous dans le grand bassin du centre aqua ludique d’Issoire.

 

Accompagnée par Claire Cordelette puis Camille Couchet du Dahlir, Anne-Marie a ainsi pu tester les activités qui lui semblaient correspondre à ses envies.

 « Je voulais faire autre chose que barboter.

La professeur de natation est jeune et ne nous pousse pas à faire des choses que l’on ne veut pas. Je prends de plus en plus en confiance, j’ose davantage. Nager sur le dos, c’est s’abandonner, prendre de l’aisance. Cela relève du défi et demande de l’assurance pour dépasser ses peurs. Petit à petit je progresse et surtout je ne m’ennuie pas.

Nous sommes trois participants à ce créneau natation, un couloir nous est réservé.

Chacun à son rythme va pouvoir relever le défi… il n’y a pas de jugement, pas de différence.

Personne ne se moque. Aujourd’hui, j’ai essayé des palmes pour la première fois : ça remuscle. Après une activité comme celle-là, on se sent vidée, on ne voit pas passer le temps. »

 

Mais Anne-Marie ne s’arrête pas là, elle pratique également une autre activité : le tai-chi.

 

« C’est une autre philosophie de vie. La première fois que j’ai participé à la séance d’essai, les gens sont venus vers moi afin de se présenter. On se sent tout de suite accueillis. C’est ce qui peut tout décider : un peu comme l’achat d’une maison en 30 secondes.

C’est avant tout un art martial qui développe une force souple et peut aider en self-défense lorsqu’on en pratique depuis un certain temps. Cela permet de travailler les muscles en profondeur, ce n’est pas violent. Les énergies circulent mieux. Je participe aux cours depuis un mois et mes mouvements sont désormais plus fluides. Il faut être concentré, ne pas penser à autre chose et bien suivre. C’est tout en rondeur, léger et agréable. À la suite des séances d’essai, Camille Couchet me demandait mon ressenti, si c’était adapté et surtout si cela me convenait. Elle continue d’ailleurs de m’appeler pour s’assurer que tout se passe bien. »

 

Un conseil pour inciter les personnes à reprendre une activité ?

 

« J’ai toujours été sportive et j’avais envie de reprendre une activité.

Quand on se sent accompagnée, on est davantage en confiance. C’est rassurant et donne envie d’oser plus de choses.

Avant tout, il ne faut pas rester seul. Allez-y avec un copain, une copine et osez ! Et surtout, moquez-vous du regard des gens, ne vous occupez pas des autres.

 

Entre Nutrimut, le Dahlir et les activités que je pratique, je prends conscience de mon corps et je vis mieux.

Il faut apprendre à s’aimer. C’est ça le plus difficile et demande du temps.

Peut-être le fait que ce soit des jeunes qui nous accompagnent apporte aussi un peu de baume au cœur. On se sent bien et on y retourne. C’est bénéfique tant pour l’état physique que moral. »

Copyright - Dahlir 63 (http://dahlir63.fr)

Un réseau d’acteurs « Sport-Santé » engagés

Premier séminaire pour l'association DAHLIR