Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

L’association Lee Voirien : le spectacle vivant pour tous !

11 novembre 2017

Parler de la culture du handicap, de l’inclusion… Ce ne sont pas de vains mots pour  Guy Coulanjon, président et fondateur de l’association culturelle Lee Voirien. Née en 2004, Lee Voirien a fait du spectacle vivant pour tous, son cheval de bataille. Rencontre avec son président, enfant terrible mais avant tout un homme vrai et de valeurs.

Un œil avisé dans le monde des valides

« Je suis un aveugle tardif. Cela m’a donné un avantage : avoir un regard sur le monde valide, même si le monde visuel ne cesse d’évoluer. Auparavant, je travaillais dans la communication. Je suis passé d’un monde de « m’as-tu-vu » à un centre pour les déficients visuels. Ça a été bizarre. J’ai rencontré des gens supers mais très peu. Comme souvent la qualité prime sur la quantité. En 1983, une prof de français participait à des cours de théâtre. Elle m’a incité à y prendre part. Là, les gens me voyaient comme une personne ordinaire. J’ai poursuivi ma formation dans ce centre. Nous avons créé une troupe avec des collègues. Tour à tour, j’ai été comédien, chargé de production, de la correction d’accent, en Autriche. Je me bats pour l’inclusion. Ça ne m’intéresse pas de vivre dans le milieu du handicap, c’est mon cheval de bataille.

Un one-man show plus tard…

J’ai également produit un one man show qui s’appelait « Défense d’y voir » et abordait la déficience visuelle d’un autre œil. J’use beaucoup de jeux de mots que l’on n’ose pas utiliser ! Je triture la langue française. Dans ce spectacle, je traite de la vie de tous les jours. Plus tard, à Nice, alors que je jouais mon spectacle, j’ai rencontré une psychologue qui travaillait avec des classes SEGPA. Elle m’a proposé d’animer des ateliers théâtre avec les jeunes. Pendant deux ans, j’ai travaillé avec ces jeunes sur de la mise en scène. Puis, en partant de Nice, j’ai créé l’association Lee Voirien. Mon objectif est de favoriser l’inclusion grâce à la culture, avec des personnes porteuses de handicap et des valides. Des personnes aux handicaps très lourds peuvent participer. Dans un premier temps, ils intègrent des ateliers spécialement destinés aux personnes en situation de handicap. Puis si ça évolue, ils intègrent la troupe avec les valides. C’est tout un travail d’animation, d’écriture, de mise en scène.

Sensibiliser le monde des valides au handicap avec Lee Voirien

J’anime également des ateliers théâtre en temps périscolaire : tout le monde se moque royalement que je suis aveugle. Ce qui compte, ce sont mes compétences. Au-delà de cette animation, je veux montrer une autre vision du handicap. C’est la vie, il faut se battre.

On commence avec des enfants dès la crèche, jusqu’aux personnes âgées, en maison de retraite. Mon chien, je l’appelle Mille caresses semaine : c’est de la folie le nombre de caresses qu’il peut recevoir ! C’est un chien guide d’aveugle, de race « HOVAWART « .

L’association intervient également pour sensibiliser dans les entreprises, les centres de formation, dans le milieu judiciaire. Nous organisons des parcours sensoriels : nous sommes des créateurs. C’est un travail collaboratif avec tout le monde, comme la découverte des éléments par exemple ou bien la vie à l’école : les enfants se mettent dans la peau des personnels de service.

Nous produisons aussi des spectacles avec une troupe mêlant personnes porteuses de handicap et valides. Nous ne sommes pas des professionnels mais ne faisons pas n’importe quoi ! Ce n’est pas parce qu’on a des difficultés dues au handicap qu’on fait mal les choses.

Sur scène, nous ne portons pas d’artifice, pas de canne blanche. Ce que l’on veut absolument, c’est faire sauter les communautarismes ! On est comme on est !

Thierry, professeur de théâtre au conservatoire de Thiers  anime également des ateliers avec moi, depuis trois ans. Il ne connaissait pas le monde du handicap.

 

Le festival « Culture dans tous les sens »

 

Nous avons créé le festival « Culture dans tous les sens ». En 2018, nous fêterons ses 10 ans. Sur le même modèle que Lee Voirien, nous faisons jouer tout le monde. Cela donne un ensemble hétéroclite. L’ambition de départ était de se dire : ne cachons pas le handicap, la beauté peut être intérieure. Nous allons donc jouer dans des lieux reconnus et pas dans des arrières boutiques ! Ainsi, nous proposons des spectacles, des ateliers, des expositions à la Maison de la Culture, la Chapelle des Cordeliers. Nous avons également exposé un patchwork géant de 169 pièces sur la place de Jaude pour communiquer, désormais il est itinérant.

J’ai envie que ce monde de valides dans la culture s’ouvre un peu plus sur le monde du handicap, mais pas n’importe comment. Il faut qu’il puisse s’ouvrir en s’appuyant sur des experts. Sinon on risque de faire du tort aux personnes en leur faisant faire n’importe quoi ! Nous préparons de nombreuses formations pour aider les gens.

Je suis un enfant terrible qui se bat contre un système où parfois on fait n’importe quoi ! »

Informations pratiques : 

Le site de l’association Lee Voirien : http://www.leevoirien.fr/

Association LEE VOIRIEN

31 allée du coteau 63000 Clermont-Ferrand

04.73.19.98.58 / 06.64.86.07.56

Copyright - Dahlir 63 (http://dahlir63.fr)

Bientôt la 60ème édition du cross Volvic

Dans les coulisses du spectacle « Quand la différence devient poésie… »