Passer au contenu Passer à la navigation Accéder au formulaire de recherche

Intégration : la belle trajectoire d’Anaïs et des nageurs monistroliens

29 février 2016

Lycéenne, nageuse tout en encadrant des jeunes, au club, en situation de handicap : c’est le quotidien très fourni, ces dernières années, d’Anaïs Marcoux, brillante pensionnaire des Marches du Velay natation.

Nageuse au top et encadrante

Un engagement assidu qui n’est pas passé inaperçu lors de la dernière cérémonie des Trophées du comité olympique et sportif de Haute-Loire (CDOS), en décembre dernier au Puy-en-Velay. En présence de Jordan Sarrou, parrain du Dahlir – et de la soirée du CDOS pour l’occasion –  l’adolescente a été distinguée. Une bien belle trajectoire pour celle qui a commencé ses premières brasses très tôt, jusqu’à plonger dans le bain de la compétition à l’âge de 8 ans. Aujourd’hui en classe de seconde au lycée du Mazel, où elle est inscrite en option sport, elle « nage deux heures par jour », nous explique-t-elle, visiblement épanouïe. Avec de beaux résultats à la clé. L’été dernier, elle avait brillé aux côtés de ses copains de clubs, pour les championnats de France 2e division de Chamalières. « Anaïs continue à s’entrainer avant tout pour se faire plaisir, puis après pour les résultats, les performances » note Gregory Narce, directeur technique du club. Anaïs nage cinq fois par semaine au sein d’un groupe de niveau régional mixte. « La natation est un sport individuel mais l’entraînement, c’est collectif » sourit Grégory Narce. Certains arrivent une demi-heure avant le début de l’entraînement, afin de peaufiner leur préparation physique et profiter de l’espace de musculation du centre aquatique l’Ozen. Ensuite, sous la houlette de Gregory, c’est parti : 25 minutes d’échauffement suivi d’1,5 km de nage, complété par un travail à dominante technique. Pour anais2Anaïs, ce n’est pas tout puisqu’elle intervient dans le suivi des nageurs et aide le club dans son encadrement. Par exemple, elle a suivi une enfant souffrant d’autisme, durant trois années. « Lorsque nous accueillons des élèves en situation de handicap, nous essayons d’avoir un encadrement adéquat. Au lieu d’avoir un enseignant par groupe, c’est bien d’être deux. En conséquence, c’est une chance de pouvoir s’appuyer sur des bénévoles comme le fait Anaïs » salue Grégory Narce.

« Cela renforce l’état d’esprit du club »

Un coup de main qui fait bien évidement la fierté du papa, Lionel Marcoux, premier référent Dahlir sur le secteur de Monistrol-sur-Loire. La passion de sa fille a même fini par le pousser lui-même dans les bassins ! « Je pensais savoir bien nager mais, finalement, j’ai eu beaucoup de choses à apprendre » sourit-il. Sur le plan sportif et culturel, il se félicite que les choses bougent sur le plan de l’intégration : « Des clubs monistroliens, tels la gym et le tennis de table montrent de gros efforts, avec de plus en plus de nouveaux adhérents qui peuvent être intégrés ». Quant à la natation, une dizaine de personnes en situation de handicap, mental et physique, a jusqu’à présent été accueilli. « C’est la preuve que nous pouvons y arriver. Et cela renforce l’état d’esprit du club ! » conclut Grégory Narce.

Copyright - Dahlir 63 (http://dahlir63.fr)

Le Run and Bike, 4e édition labellisée Dahlir !

Kafétien Gomis : la route de Rio passe par Clermont-Ferrand !