Alain Masseret, Responsable Développement Coopératif à la Caisse d’Epargne

16 janvier 2018

Dans toute relation, la confiance et le partage de valeurs sont des éléments clés pour aller plus loin ensemble. C’est le premier pas qui assure une démarche coopérative et efficace vers la suite, en toute sécurité. Depuis 2015, l’association DAHLIR a la chance de pouvoir compter sur l’action d’un mécène attaché aux valeurs de solidarité et de proximité : la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin. Alain Masseret, Responsable Développement Coopératif au sein de la Caisse d’Epargne, nous explique l’intérêt d’un tel engagement.

« Bicentenaire en 2018, la Caisse d’Epargne a été créée pour donner aux personnes modestes l’accès à la banque par la pédagogie de l’argent à une période où la société se transformait radicalement : industrialisation, exode des ruraux vers les villes, nouveaux courants de pensée.

« Ces valeurs de pédagogie et de solidarité ont traversé le temps. »

La Caisse d’Epargne a, tout au long de ces deux cents ans, apporté des solutions de bienfaisance, de solidarité. Elle est notamment à l’origine du logement social et d’animations de pédagogie financière.

Lutter contre toute forme d’exclusion

Les actions de mécénat accompagnées depuis plusieurs années  par la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin, dans le cadre de sa politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise, ciblent la lutte contre toutes les formes d’exclusion : l’exclusion professionnelle, l’exclusion bancaire, la maladie, le handicap, l’entrée dans le grand âge et des opérations de préservation de l’environnement.

Un entretien avec le porteur du projet est indispensable pour mieux connaître les missions de la structure. Un dossier est ensuite monté, puis instruit au sein du Département Développement Coopératif.

« Ce dossier est présenté au Comité Responsabilité Sociétale d’Entreprise et Qualité, composé de représentants des clients sociétaires qui décident de retenir ou pas les projets. »

Un reçu fiscal est demandé au bénéficiaire dans le cadre de l’article 238 bis du Code Général des Impôts.

Les aides financent des projets d’investissement. Ceux-ci sont toujours tournés vers le mieux-être des bénéficiaires. Les synergies avec d’autres initiatives, avec d’autres partenaires démontrent la préoccupation des porteurs de voir aboutir leur idée.

« La rencontre des associations est toujours riche et démontre l’engagement de professionnels et de bénévoles dans les causes qu’ils défendent. »

À titre d’exemple, l’engagement de la CEPAL auprès du DAHLIR est exemplaire.

La facilitation apportée avec d’autres mécènes pour mettre en place l’exposition de photographies « Hein ? Différence ! » montre bien la volonté de la CEPAL d’être aux côtés de l’association pour positiver la « différence ».

« La présence sportive de salariés de la Caisse d’Epargne lors de l’arrivée de l’étape du Tour de France au Puy en Velay en juillet 2017 valide par leur engagement la valeur de solidarité exprimée par leur entreprise. »

Alain, sportif et engagé dans la vie du DAHLIR

Lorsqu’il manque une séance d’activité physique proposée par le DAHLIR Insertion, c’est exceptionnel. Alain  Rossignol est un fidèle des ateliers APA* du vendredi. Il nous raconte comment le sport, à sa manière, lui permet de …

Jean-Claude Montagne, coordinateur du CDIPH 63

Rencontre avec Jean-Claude Montagne, Coordonnateur du Collectif Départemental du Puy-de-Dôme pour l’Inclusion des Personnes en situation de Handicap (CDIPH) Ce collectif ,créé en 1993, fonctionne avec deux particularités : Il n’a pas de statut : « C’est une …