Céline : un voyage en quelques notes de musique…

16 novembre 2017

Membre de la Compagnie Groupe Fluo, musicienne, DJ, photographe… Céline a plus d’une corde à son arc.

Pour le spectacle “Quand la différence devient poésie…” elle dégaine ses talents de musicienne en réalisant des compositions incroyables avec les artistes en herbe.

« Au printemps 2017, l’un des artistes et coordinatrices du spectacle “Quand la différence devient poésie…” m’a demandé d’intervenir, de manière bénévole pour composer les musiques. sans chercher trop loin, j’ai accepté. Mais c’est vraiment lors de la première journée de répétition que j’ai pris pleinement conscience du projet, je l’ai “senti”. Et depuis, je suis vraiment ravie d’être là !


J’ai composé une musique pour une scène en particulier et nous allons également proposer une reprise avec l’ensemble des comédiens sur scène.


Il y a quelques années, entre Nantes et Rennes, j’ai participé à une création intitulée “Volume(s)”. L’ensemble des décors, des costumes étaient composés de couvertures, de pages de livres, de cartes… C’était ma première expérience sur scène avec des personnes en situation de handicap. Nous avons joué dans plusieurs lieux publics.

Là j’ai pris conscience du langage commun qui peut exister lorsque tu fais partie d’un milieu.


Sur scène, mais aussi dans n’importe quel lieu dont tu ne maîtrises pas les codes, les normes, cela peut être vécu comme un handicap.


Nous avons un langage commun entre professionnels de la scène. Pour ce spectacle, je suis dans une posture de transmission. Pourtant, c’est une forme d’échange différente. Ils vont me faire découvrir et m’apporter une autre manière, un regard différent et éclairer ma vision de la scène. C’est un échange à la fois surprenant et très intéressant.

Finalement n’importe quel projet t’apporte quelque chose.

Ces personnes sur scène sont pleines de surprise. Elles éclatent les codes, s’expriment librement.

Nous avons une confiance mutuelle avec Clarisse, Charlotte, Claire… Tout est possible et c’est pareil avec les comédiens : il faut laisser les gens s’exprimer.


C’est ce qui est magique dans ce groupe. Cette liberté des comédiens…


Sur ce genre de projets, les temps de création et de répétition sont comptés. La confiance entre les intervenants, le groupe de comédiens est essentielle. C’est un projet touchant. Tu vas le chercher dans le coeur de chacun. Cela nécessite une énergie pour construire collectivement quelque chose. Ce n’est pas possible de réaliser quelque chose de la manière dont tu le fais habituellement.


Les demandes sont différentes, il faut accepter les propositions d’un autre langage.


C’est une leçon pour chacun. Tout le monde compose et va chercher dans ses compétences. C’est ce qui fait fonctionner le groupe. Chacun joue sa partition. Et on se dit “après tout pourquoi pas”, on remballe son égo.

Mon parcours de musicienne :

L’instrument sert à composer. J’ai un rapport d’autodidacte avec la musique. Pour moi, c’est un moyen d’expression. La musique n’est pas qu’une technique. C’est dire différemment la nécessité, sur le moment, à s’exprimer.

Je ne suis pas une musicienne au sens propre du terme. Je me définis au service des autres. C’est une définition de toi par rapport à l’autre, de qui tu es. Tu laisses ton ego de côté pour un projet.

C’est avant tout un positionnement humain. Tu donnes de l’énergie, du temps à un projet. La satisfaction personnelle de participer à un projet compte parfois plus que la compensation financière. Ce temps, cette énergie, tu l’apportes directement aux acteurs sur scène. Le “moi” ne compte pas sur ce projet.


C’est plutôt la capacité à se mettre au service d’une idée collective.


Si je devais décrire ce spectacle en quelques mots :

La notion de partage, de faire ensemble, de respect, de tolérance… Je n’aime pas ce dernier mot, c’est comme s’il nous en coûtait d’accepter l’autre…je parlerais plutôt de bienveillance. Selon moi, ce projet permet de contrecarrer l’individualisme ambiant et de faire se rencontrer des personnes qui n’en auraient pas forcément eu l’occasion.


C’est un espace d’échanges improbables qui va être hyper beau !


Il y a le résultat, mais aussi le temps passé avec les gens et surtout les souvenirs que cela va générer pour chacun d’entre eux.


Tout le monde est au même niveau, chacun apporte et apprend de l’autre. Nous n’avons rien en commun et finalement tout en commun, à partager.


C’est une aventure humaine, avec des possibilités de se rencontrer à nouveau. Le tissu de toutes ces histoires fait remonter cette évidence à se trouver à ce moment là, sur un projet qui pourrait être périlleux mais dégage finalement une force incroyable.

La base de ce projet est que tout le monde s’accorde.

Une confiance historique existe entre nous professionnelles, qui nous retrouvons et de manière transversale ces personnes sur scène qui ont quelque chose à communiquer à un public, ça me bluffe !

Et puis c’est un projet de femmes ! Le milieu de la scène reste très masculin. Ce spectacle est entièrement porté par des femmes tant à la mise en scène, qu’à la musique mais aussi à l’éclairage…

Se dire que c’est un projet de femmes puissantes, cela encadre et protège et ça participe aussi au fait que ça fonctionne aussi bien.

Bref nous vous donnons rendez-vous vendredi 17 novembre, à 20H et dimanche 19 novembre, à 20H, à la Maison de l’Oradou, à Clermont-Ferrand. « 

Vous pouvez réserver vos places ici : https://goo.gl/forms/iS2CMHej96DUgYem2

Jean-Claude Montagne, coordinateur du CDIPH 63

Rencontre avec Jean-Claude Montagne, Coordonnateur du Collectif Départemental du Puy-de-Dôme pour l’Inclusion des Personnes en situation de Handicap (CDIPH) Ce collectif ,créé en 1993, fonctionne avec deux particularités : Il n’a pas de statut : « C’est une …

Nathan : Une rentrée avant l’heure chez les Pixels

Premier été pour Nathan au Centre de loisirs d’Aulnat. Après avoir passé les vacances de novembre et quelques mercredis parmi le groupe des Petits, Nathan est désormais passé chez les Pixels et a pris part …