Corinne et la prescription d’activité physique régulière.

28 janvier 2019

Dans le cadre de son parcours de soin, Corinne a été accompagnée par le DAHLIR afin de trouver une activité adaptée à ses besoins mais aussi ses envies. Témoignage.

 

Quelle place détient l’activité physique régulière dans votre vie aujourd’hui ?

 

À 51 ans, je peux dire que je n’ai jamais pratiqué autant de sport de ma vie !

C’est une obligation pour moi. Le cardiologue m’a prescrit un traitement et un suivi médicamenteux, un régime méditerranéen ET la pratique d’une activité physique au moins cinq fois par semaine.

Je suis son conseil et pratique tous les jours un peu de sport : du vélo d’appartement, de la marche, des étirements… J’ai téléchargé une application “Podomètre” sur mon smartphone.

Au lieu de prendre la voiture pour réaliser des achats, je me rends à pied dans les magasins. J’essaie de trouver des moments qui me permettent de bouger un maximum, tous les jours.

 

Qu’est-ce qui vous a incité à pratiquer régulièrement une activité physique ?

 

Au mois d’octobre 2018, mon corps m’a lancé un signal d’alarme : j’ai fait un infarctus. J’ai été hospitalisée, puis admise dans un programme de rééducation cardiaque au sein de la clinique de cardio-pneumologie de Durtol.

J’appréhendais beaucoup de refaire un infarctus. Une éducatrice sportive m’a pris en charge et redonné confiance en mon corps. À l’issue de ce programme, mon cardiologue, le Docteur Plaquevent m’a prescrit de l’activité physique.

Je ne connaissais aucun club à Clermont-Ferrand et craignais que l’on me regarde du fait de ce qui m’était arrivé, ou des éventuelles difficultés que je pourrais avoir pour suivre un cours.

C’est pourquoi le Docteur Plaquevent m’a invité à prendre contact avec le dispositif DAHLIR.

 

Qu’a représenté pour vous l’accompagnement DAHLIR Santé ?

 

Dans la cadre du parcours de soin, je me suis sentie très entourée. Lorsque je suis rentrée chez moi, il a fallu “couper le cordon”. Et cela n’a pas été aussi brutal que je l’imaginais, bien au contraire. L’accompagnement du DAHLIR Santé m’a permis d’avoir une transition en douceur vers mon retour à la vie normale.

J’ai rencontré la chargée d’accompagnement DAHLIR lors de sa permanence à la clinique de pneumo-cardiologie de Durtol. Grâce au certificat médical très détaillé du docteur et à sa connaissance du milieu, je me suis très vite sentie en confiance. Nous avons évoqué mes besoins, mes envies. Je souhaitais être accompagnée par un coach, plutôt dans une petite salle.

La chargée d’accompagnement DAHLIR a effectué les recherches puis m’a proposé de réaliser une séance d’essai en ce début d’année à Santé Form’ à Cournon. L’encadrement, le lieu, les horaires : tout correspondait !

Elle est restée avec moi durant la première séance pour me rassurer, me fournir quelques conseils. Tout s’est passé dans la bienveillance, l’écoute et en plus l’accompagnement est gratuit !

À l’issue de cette première séance, nous avons fait le point et avons convenu que je continuerais jusqu’au mois de juin, pour réaliser un petit bilan à ce moment là.

 

Un conseil, une astuce du quotidien à partager ?

 

Faire du sport !!!

À  51 ans, c’est moi qui dis ça ! (rires) Mais je me suis rendue compte qu’il était important de prendre soin de soi. Notre corps nous rappelle à l’ordre.

 

Florent : le tir à l'arc, un moyen de décompresser !

“Le sport, en lui-même, me plaît, explique Florent. Le tir à l’arc est une activité qui demande de la précision, de la concentration et de l’adresse. Un peu de force dans les bras, aussi. Mais …