L’AFRET

4 avril 2018

Permettre aux patients mais aussi aux professionnels de santé de développer des outils et repères communs autour de l’éducation thérapeutique du patient.

C’est l’objectif d’une association locale, née à Issoire : l’Association pour la Formation et la Recherche en Education Thérapeutique (AFRET).

Rencontre avec Marie-Claude Roche, membre fondateur de l’AFRET  et Joëlle Chossière, infirmière de coordination de l’association.

 

Qu’est ce que l’AFRET ?

 

L’AFRET est une association composée de bénévoles, de professionnels de santé et de patients ressources.

Son objectif ? Apprendre à mieux vivre avec sa pathologie chronique.

« Cette initiative a pris forme en 2008, peu avant la loi HSPT à partir d’un constat de terrain, se rappelle le docteur Roche.

Un petit groupe de professionnels d’horizons différents (médecins, infirmiers, éducateurs sportifs…) intéressés par l’Education Thérapeutique du Patient a fait le choix de se former. Nous travaillions alors en lien étroit avec le Docteur Chalard , à l’origine du programme d’accompagnement Vital Diabète.

Cela dans le but de développer un programme adapté aux besoins des patients. Quelques années plus tard, nous avons obtenu l’agrément de l’Agence Régionale de Santé. »

L’association, actuellement hébergée à la Clinique des Sorbiers , ainsi qu’au Centre Hospitalier Paul Ardier s’adresse aux patients atteints de maladies chroniques (diabète , BPCO, HTA, obésité, insuffisance cardiaque…).

 

Comment fonctionne le programme ?

 

Le parcours demeure identique pour chaque patient.

Le programme (gratuit) débute par un entretien individuel avec un membre de l’association.

Celui-ci permet d’établir un bilan éducatif partagé  découlant sur des objectifs réalisables. Par la suite, un courrier, avec l’accord du patient, est envoyé à son médecin traitant.

En fonction de sa pathologie, le patient va participer à un programme collectif d’ateliers hebdomadaires, pendant 5 à 6 semaines. Le groupe est composé de 6 à 10 personnes maximum.

« Les ateliers prennent la forme de jeux et d’activités participatives. En aucun cas, il ne s’agit de cours, insiste Joëlle Chossière.. Les propositions viennent du vécu des patients. »

« C’est ça l’éducation thérapeutique du patient ! Au départ, cela peut déstabiliser, explique la Présidente de l’association. Par exemple à aucun moment, on ne parle de régime. Il s’agit avant tout de les inviter à réfléchir ensemble sur leurs comportements, leurs habitudes… et de les verbaliser. »

Les programmes proposent des exercices  d’activité physique adaptée reproductibles dans la vie quotidienne.

En parallèle, les participants peuvent prendre part à un atelier cuisine pédagogique, qui leur permet de découvrir des astuces et recettes pour cuisiner des plats savoureux  et équilibrés avec cinq euros.

« L’AFRET propose aussi cinq séances de sophrologie. Le Centre Hospitalier d’Issoire permet également aux adhérents d’accéder gratuitement à 12 séances d’activités physiques avec un éducateur. »

 

Un maillage territorial efficace

 

Association locale, l’AFRET a su développer des liens avec de nombreux acteurs du territoire comme le centre aquatique d’Issoire, les associations  de patients AFD 63, ASDA, Vivre En Faim, CA-EL, le CCAS de la ville d’Issoire ou bien encore la CAF.

« Camille Couchet, chargée d’accompagnement du DAHLIR est présente lors de certaines séances pour présenter le dispositif, précise Mme Chossière.

Le DAHLIR Santé est un plus pour les patients. Durant les ateliers, nous avons abordé leurs motivations pour bouger. S’il n’y a rien derrière qui les incite à le faire, ça n’a pas de sens. Notre objectif demeure la santé mais va bien au-delà avec ce qui existe autour pour améliorer la qualité de vie. »

« Les patients sont les meilleurs ambassadeurs. »

L’AFRET compte plusieurs patients-ressources formés à l’ETP, qui co-animent des ateliers. Des bénévoles apportent aussi leur soutien pour la logistique et le secrétariat.

Lieu de stage, l’association accueille des internes de  médecine générale en fin de cursus et des étudiants de pharmacie.

Ces stagiaires ont ainsi la possibilité de se former à l’éducation thérapeutique du patient. Une fois formés, ils peuvent assurer le bilan éducatif, des travaux de recherche, les relevés de données mais aussi la mise mises à jour des programmes.

L’action de l’AFRET est bénéfique  tant pour les patients que pour les professionnels de santé, qui sont sensibilisés durant leur stage, à l’ETP.

 

« Sur la période 2012-2015, ce sont 207 personnes qui ont participé aux programmes de l’AFRET, conclut le Docteur Roche. En 2017, nous en avons pris en charge 83.

Le rêve serait de regrouper des associations de patients, l’AFRET et le DAHLIR…etc… dans une Maison Ressource qui compterait de nombreux relais parmi les associations de patients, les réseaux ASALEE, les pôles de santé… !»

La Caisse d'Allocations Familiales du Puy-de-Dôme

Dans le Puy-de-Dôme, la Caisse d’Allocations Familiales accompagne les familles ayant un/des enfant(s) en situation de handicap, afin de faciliter l’accès aux loisirs et aux vacances.   « Cela rejoint pleinement notre rôle ainsi que les objectifs fixés …

Le CHRS ANEF du Puy-de-Dôme

Né d’une promesse : celle d’aider les femmes en difficulté.   Un rappel historique est indispensable pour bien comprendre aujourd’hui, la mission du CHRS ANEF 63. Fondée à la suite de la seconde guerre mondiale, par Marguerite Marie …